under the milky way tonight

Dans mon nouveau carnet Moleskine noir, sur la deuxième page sont griffonnés un numéro de téléphone et un mot hilarant de S. Comment en cinq petites minutes tout peut facilement tomber hors-contexte;

25.03.08

tu connais nick cave

C'est là que tout nous appelle, je le sens ça pourrait être sublime. J'ai un vieil article découpé dans un Rolling Stone d'il y a quelques années; Nous atterririons sur le tarmac du John Lennon Airport; Nous marcherions très tard foulant le sable de la Crosby Beach; J'apprendrai à jouer n'importe quoi. (J'avais écouté Sergeant Pepper tout l'après-midi)

J'ai mis The Birthday Party à fond dans les baffles; je savais bien que j'avais un disque quelque part; Ensuite je suis partie j'avais oublié de déjeuner; Dans les couloirs je lisais Clark sur un banc en croquant une pomme offerte par un épicier;  J'ai écouté en silence la Berechit d'Abraham & de Sarah et je sais que Tel-Aviv est une ville incroyablement hype - Ensuite délicieuse ironie de la meilleure plume de Truman Capote 'Children On Their Birthdays' et ensuite je me suis enfuie au parc pour échapper à S. J'étais allée au cinéma. Je suis rentrée sous la pluie battante; J'ai acheté des plumes Sergeant Pep Major et j'ai gratté le bristol. Ensuite je me suis endormie dans le bain en écoutant Lord Doherty.

by blacksquare // Δ

18.03.08

épilogue?

L'avenir s'annonce en quelque sorte dansant autour d'un trou béant. Je viens de perdre, c'est définitif, une grande partie de mes raisons de vivre. En général, je dis, 'mes raisons de me lever le matin', autrement moins tragique et clarifiant tout de suite que non - je n'ai pas d'aspirations suicidaires.

 

Les dernières images qu'on gardera en mémoire, quelles sont elles? On se les figure d'une importance cruciale, on les aimerait plus fortes qu'un regard fuyant, trop jovial, et une immonde paire de tongs.

 

On souhaite de bonnes vacances, pour ne pas dire Adieu. J'ai dit Adieu. Trop bas, dommage.

 

Ce que l'on gardera en mémoire, ce sont finalement, les premières images, le moment où une personne entre dans sa vie, où l'esprit analyse ce que les yeux voient, ce que les sens au complet percoivent. Tout est question d'alchimie, hein? Alors, qu'est-ce qui a foiré dans l'équation? J'ai sans doute l'esprit trop littéraire; mais celà a son charme aussi... Les premières images, je les aurai gravées dans mon coeur, dans mon esprit et mon âme toute ma maudite vie.

 

Jamais je n'oublierai aucun de ces moments qui ont forgé la majeure partie de mon être. Finalement pour tous ces moments là, je ne peux me permettre d'avoir le moindre regret. Pourtant..

 

Pendant quinze sacrés jours, pendant quinze fichues nuits, j'avais imaginé une échapatoire, un atermoiement quelconque aux adieux. Mais qu'étais-je sensée faire, dire, comment étais-je sensée agir? Tout ça ne dépend pas de moi. Si ce qu'il avait pû lire dans mes yeux même quand je feignais un flegme inébranlable, n'a pas touché son coeur - je n'y peut rien faire. oh qu'est ce qui me dit que je pourrais?!

 

"Et cette bouche dont s'échappaient des torrents intarissables de futilités je l'aurais mille fois pressée contre la mienne" qu'importaient bien les autres, peut s'en était fallu.

 

Coward. No, even the coward does it with a kiss.

 

Mes larmes d'eye liner salé coulaient brûlantes derrière les Ray-ban fumées. Je m'enfuyait vers la sortie, et lui nous assénait d'un ultime au-revoir dans le dos.

 

Avachie de désespoir sur le banc du quai de métro, noyée dans mes pensées noires, écoutant d'une oreille C. discourir dans son téléphone, je levais un instant les yeux. Sur le quai opposé ils nous faisaient face, elle dans sa saharienne rose informe et lui dans son t-shirt d'un turquoise criard. Est-ce que la dernière image qu'il pourrait garder de moi serait celle d'une affreuse masse voûtée? Nous montâmes dans le train. Adieu, adieu.

 

Adieu? Non, nous nous reverrons; dans Paris qui vous a si souvent placé sur ma route; un couloir de métro, un bar quelconque. Dans cinq ans comme dans le roman fruit de mes insomnies.

 

Il faut oublier mais parfois on ne veut pas. Je ne vous oublie pas, je vous carre dans une confortable et chaleureuse place de mon coeur. Et si une impulsion soudaine me glisse dans vos pensées... la clé vous appartient, et ce n'est plus a moi, de vous la glisser l'air de rien entre les mains.

 

Rien ne s'arrête, je le sais. Toujours, un rire, une paire d'yeux bruns luisants, ancrés dans mes pensées, flottant devant mes yeux, mille portes vers demain.

 

"un jour, dit-elle, un jour(...)"
"Et pour l'instant quelques larmes dans les miens."

by blacksquare // Δ

12.03.08

Translate into phonetic alphabet

(All the things you can do on a saturday night : Un café sans fond près du Luxembourg; dance around the Panthéon (le jeune rebelle à casquette avait une matraque, les deux mods n'insisteront pas), bières et cigarettes avec A. & S ; Concert Acapella à l'arrêt George V.)

Le soleil roussi des après-midis d'Automne & des tasses & des tasses de thé au miel, sur le banc au bois humide. Flinguer ses boots dans la boue & les feuilles mortes; Nous partons à Londres en décembre; Fourure de Lapin Psychédélique : 'Tout le monde m'appelle lapinou'; Dans son chalet, A. possède ce vynil de Sticky Fingers avec le zip intact et d'autres collectors du Creedence; (Nous avons gagné le concours de poésie lyrique avant hier, Ils ont fait leur bal de promo au Rive Gauche; ) 'Nos baisers sont l'encre & la plume'; Mais à l'époque il n'y avait jamais vraiment eu de 'musique de jeunes' tu sais; 'Ils se moquaient de moi parce que j'écoutais Leo Cohen, alors je faisais semblant d'adorer Larusso et je pleurais dans ma chambre'; Le Tee-shirt des Beatles usé par des décennies de Le Chat + La veste de survêtement rose + surperposition de collants et tu es la nouvelle étoile ideuse; 'Ici c'est la chambre où ******, et à côté il y a l'hôtel particulier de *** ***'...

(Une expérience faite de clichés & de citations)

Et la gloire au bout de l'allée de feuilles mortes; Les poubelles dans la cour & les vocalises dans la cave (Boris the Spider)

by blacksquare // Δ

05.03.08

how many drugs does it take to get you out of my mind?

17h38. Descendre du RER C à la porte de Clichy pour intercepter la ligne 13. Marquer un temps d'arrêt sur le quai. penser à Jo Hell. Se demander ce qu'il peut faire. Où il peut être. Y penser tout le long du trajet et voir son reflet passer dans les vitres du métro. Songer à lui offrir le dernier Adam Green déposé dans sa boîte aux lettres, se faire sourire attendrie de telles pensées. Songer à lui d'un coup comme pour rattrapper cette semaine où j'avais posé comme un interdit. Resentir un manque innexpliqué. Et celà fait juste une semaine. mais je suis sevrée et j'écoute Adam Green le long de la ligne 13, quelques minutes - la vie entière.

Et puis j'ai envie d'un week end hors de la ville mais avec qui? Soupir... Bientot des heures de bronzage vaines mais de paresse incontestablement délicieuse un livre à la main, un demi de l'autre, au canal St Martin. Bientôt l'été. la vie continue. Certaines personnes dont on attendrait avec espoir ne se manifestent jamais. pas de regret. Ce sont elles qui ont raté le coche, pas nous. But ooh I want to touch you, you're just made for love...

by blacksquare // Δ

23.02.08

"He walks on the wind by every word he sings"

Le front qui lance et la cheville gauche en feu. Tout d'abord parce que lorsque l'autre déclame Born To Lose, ma tête s'explose contre le bois du bar. Même pas mal. Mes yeux sont aveugles et c'est le noir complet entre les mèches de mes cheveux. Ma tête sur les cuisses de Bab. Emmène-moi loin d'ici, dis-je. Ca pour le front. Les rues sont orange et les lampadaires solitaires. Tu entreprends de traîner une plante verte à travers les ruelles. Je shoote dans un réceptacle de poubelle. Encore, encore. Et dans ta foutue plante en pot. Là pour la cheville. Il fait trop frais et l'air est trop calme. Regard muet indivisible. Cataracte opaque et le noir intégral. J'ai hérité de la hargne et de la frénésie, maintenant tout s'allume et tout s'éteint. Je grimpe au lampadaire. J'avais seulement besoin de trouver un prétexte pour laisser couler quelques larmes ; Puisque l'optimisme d'auto persuasion est parfois étanche. Je hais cette rue et j'ai le mal de la ville. Oh come back home!

L''accent charmant de Jane nous présente Gimme Shelter sur un plateau, nous, nous dégustons la tarte (aux pommes bien sûr) que j'ai concoctée avec amour, Papa dort, les Stones sont beaux, merci Arte; Serais-ce le nouveau summer of love? On y croit vachement haha. la chambre, le parquet, le rebord de fenêtre, tout y passe; les Pim's également. On danse. On se roule par terre. On a quatorze ans, peut etre moins, peut-être plus mais qu'importe. J'ai choppé un torticolis vicieux en restant assise devant le ventilo du shebeen trop longtemps, c'est de ma faute. je ne sais pas quoi ajouter. Si : l'appenzeller c'est franchement infecte. On ira bronzer au bord de l'eau. Et de l'autoroute. on s'en moque. C'est toujours pareil ; le Maudit Blues. Intact. Mais sans lui, la page reste blanche. je pars dans les rues, des chats galopent sur mes pas. le lendemain, tu as encore disparu.

But since then I live on Mars.

by blacksquare // Δ

14.02.08

c'est pas finis l'Open bar ?

Justificatif d'Abscence
Elève : Lena Kim blabla.
Motif: Assaillie par des militants de la lutte ouvrière à la sortie du métropolitain station Sèvres Babylone, et incapacité de contourner les stands de nourriture précaire & chars contestataires cernés par la foule afin de rejoindre le collège à temps pour assister au cours, et ce malgré une volonté inébranlable.
(Bon c'est un peu tiré par les cheveux, d'accord.)

XX Teens - B54
Sonic Youth - Bull in the heather
Electrelane - 'To The East'

Je n'ai absolument pas - plus envie d'écrire quoi que ce soit de sensé ici, alors amusons nous. je pourrais encore vous raconter mon 15451ème concert de neimo vue sur ecran A4, encore et toujours fabuleux ou ma furtive rencontre avec M., ou vous parler du non-sens de la vie ou des derniers cds acheté mais haha c'est tellement ennuyeux tout ça. Alors parce que j'y pensais tout à l'heure dans le bus qui me ramenait trempée d'une virée à la grande motte (Ouï dans le bus , meilleur de : "Vazy khônnard, reste avec ta main droite!" ; "Hey va bouffer du porc au ramadan clochard!" ; "Ca c'est un bon fonctionnaire de merde, rien dans le falsard" (à l'attention du chauffeur)) Demain j'arrete., Comme Misheard Lyrics Rocket by the Smashing Pumpkins ne me permet plus de m'inspiré. je vais vous parler de Cheval.

Cheval on l'avait vu venir à dix kilomètres, un soir. Aussi, j'ai une bonne mémoire des visages, même en photo retouchée photoshop, je suis physionomiste, sisi. Il faisait sombre et rouge, mais j'ai spotté Cheval et j'ai dit "oh regarde, c'est Cheval, avec son nez et ses dents et tout". J'avais pris plein de choses ce soir là, j'étais un peu à l'Ouest. Cheval elle devait être pleine d'espoir, parce que son regard était toujours dirigé dans la même direction, au lieu de regarder le vrai spectacle. (Quoi que, c'était un spectacle également). Mais elle était un peu coincée, elle osait pas y aller, alors moi je l'ai regardé droit dans les yeux (ainsi j'ai compris qu'elle portait vraiment des lentilles) et j'ai songé enfuis toi Cheval, au triple galop, ça n'est pas pour toi, tu paraîs si candide et si normale Cheval, avec ta famille et tes vacances et tes soirées boites et tes goûts musicaux de merde, tes fringues h&m, tes copines, mais moi je suis une freak entourée de freaks, moi rien ne m'atteint Cheval, mais toi tu ne sais pas, tu ne peux pas savoir alors reste où tu es. Mais c'était une mule, et elle y est allée, et on sait comment ça finira, ou pas? J'ai envie de romancer la vie des gens, parce qu'apparemment des gens romancent remarquablement la mienne, mais malheureusement si je n'aime pas je ne peux haïr non plus, alors j'ai mon cercle de psychopathes bipolaires, gueules d'anges, que j'aime bien quand même, et tout va bien dans le meilleur des mondes, deux verres "d'eau" et au lit, I'm back in the USSR, you don't know how lucky you are boy. Foutue cheval.

Et mais qui osera cracher sur le dernier Babyshambles alors que c'est une vraie pépite même si la moitié des chansons ont la connaît depuis les Freewheelin' sessions acoustiques, on a envie d'y croire, on peut?

Merci.

by blacksquare // Δ